You are currently viewing A Mortagne-au-Perche, Eddy Bacon fait chanter ses élèves pour leur apprendre l’anglais

A Mortagne-au-Perche, Eddy Bacon fait chanter ses élèves pour leur apprendre l’anglais

Eddy Bacon partage sa passion pour la musique avec les élèves. Une façon ludique de leur apprendre à parler anglais.

L’idée a germé lors des ateliers qu’il animait, en 2009, dans le cadre de l’accompagnement éducatif.

Eddy Bacon, professeur d’anglais et à l’époque remplaçant au collège Emile-Chartier (à Mortagne-au-Perche, Orne), a proposé aux élèves de chanter.

L’objectif ?

Mieux maîtriser la prononciation anglaise, mais aussi s’intéresser à ce que veulent dire les chansons, indique-t-il.

Depuis, le groupe High Hopes Band est né. Un « plus » pour l’apprentissage des élèves, et un succès qui dépasse les frontières du collège.

« C’est comme ça que j’ai appris l’anglais »

Rapidement, les chanteuses ont été rejointes par un jeune qui faisait de la batterie, et moi, j’ai apporté ma guitare, raconte Eddy Bacon, professeur titulaire depuis 2012, toujours au collège Emile-Chartier.

En avril 2015, l’atelier confidentiel de l’établissement devient un vrai groupe et, en juin de la même année, il donne son premier concert dans une salle des fêtes.

Une représentation « construite à la Bruce Springsteen », l’idole d’Eddy Bacon.

Il y a une première partie plutôt noire, morose. Puis une seconde partie où renaît l’espoir, porté par les jeunes, développe l’enseignant.

La dualité ombre/lumière est la marque des shows d’High Hopes Band, dont le public s’élargit avec les années.

Ça m’a fait briller les yeux, de savoir que nous allions monter sur une vraie scène, confie le professeur-musicien.

Sur les planches, les artistes en herbe « assurent » : « Certains jeunes ont de vraies choses à exprimer, et de réelles capacités pour la musique et le chant. »

Le répertoire d’High Hopes Band ?« Du rock anglais et US. Des reprises de Dylan, les Rolling Stones, U2, AC/DC, Creedence Clearwater Revival, The Cranberries… ».

Chaque titre choisi par l’enseignant est l’occasion, pour les élèves, d’enrichir le vocabulaire.

C’est comme ça que j’ai moi-même appris l’anglais, rapporte Eddy Bacon.

L’efficacité de la méthode est prouvée : les chanteuses du groupe, douées en classe, ont acquis « une prononciation impeccable ».

« Je m’éclate plus avec eux qu’en salle des profs »

L’activité est aussi un moyen, pour le professeur, « de créer des liens différents avec les jeunes. »

Le groupe se retrouve pour répéter chaque midi, dans une salle de classe du collège.

La porte, toujours ouverte, permet aux curieux et intéressés de rejoindre, à leur gré, les apprentis musiciens. Ainsi, seulement avec le bouche-à-oreille, High Hopes Band réunit parfois jusqu’à 25 jeunes – scolarisés de la 6e à la 3e – pendant la pause déjeuner.

Mais tous ne participent pas aux répétitions. Certains, qui ne souhaitent pas chanter, se chargent du maquillage ou de la technique. 

Eddy Bacon est, lui, chaque jour présent avec sa guitare.

Je m’éclate plus avec eux que dans la salle des profs. 

Le groupe, dont la composition mue chaque année (en fonction des départs et arrivées d’élèves), devrait continuer à faire parler de lui.

Il a notamment le projet d’aller se produire dans d’autres établissements scolaires, en plus de son concert annuel.

Qui est Eddy Bacon ?
Eddy Bacon, 45 ans, est originaire de Mondeville (14). Il a d’abord voulu faire de la musique son métier. « De 1992 à 2001, j’ai fait partie de différents groupes et me suis produit seul dans des pubs, dans la région de Caen. » Mais devenir intermittent du spectacle est compliqué, et le Calvadosien, titulaire d’une maîtrise d’anglais, se tourne finalement vers l’Éducation nationale. Depuis 2012, il est titulaire au collège Emile-Chartier, à Mortagne. Il a renoué avec la musique grâce au groupe formé avec les élèves. Depuis 2001, Eddy Bacon s’adonne aussi à une nouvelle passion : la photo. « Je fais des reportages, des portraits », informe-t-il. Il a déjà exposé dans les médiathèques de Lisieux et Saint-Lô, et sur le campus de Ifs. Son travail est visible sur sa page Facebook, « Eddy Bacon Photography ».

This content was originally published here.

Laisser un commentaire